Où trouver la presse anarchiste numérisée?

Mots-clés

, , ,

C’est à cette question que les «Giménologues», joyeuse équipe de chercheurs & chercheuses formée autour de la publication des Fils de la nuit, d’Antoine Gimenez (Libertalia, 2 vol. sous emboîtage) répondent en listant les sites disponibles.

Retrouvez ICI leur inventaire.

Actualités de la Société des études robespierristes (SER) ~ “Gazette” & Congrès des Sociétés amies de la Révolution française

Mots-clés

,

Parution de Révolution-française, la Gazette de la SER.

Éditorial de son administrateur Philippe Foussier.

Vous pouvez télécharger ici la gazette au format pdf.

Congrès des Sociétés amies de la Révolution française

le 22 septembre à Ivry

Cliquez sur les images pour les AGRANDIR.

“La Mort est dans Paris”, de Richard Cobb ~ chez Anacharsis

Mots-clés

, , ,

Présentation par l’éditeur

Historien excentrique de la Révolution française, Richard Cobb enquête sur un dossier d’archives décrivant les corps repêchés dans la Seine entre 1795 et 1801. Par-delà l’énigme de leur fin tragique, il restitue à ces hommes et femmes, jeunes et vieux, noyés, suicidés ou assassinés, leur existence singulière.

Attentif aux traces les plus fugitives – un bouton de veste, un mouchoir, un petit bijou –, il parvient, avec une renversante puissance d’écriture, à animer de sa vie propre la population grouillante de la capitale aux abords du fleuve.

Avec cette plongée en dessous de la Révolution, il entreprend, plutôt qu’une « histoire populaire », la fabrique d’une histoire des gens du peuple.

Traduit de l’anglais par Daniel Alibert-Kouraguine.

Introduction de Pierre Serna.

Éditions Anacharsis. 240 p., 19 €.

Pour lire d’autres extraits, aller sur le site des Éditions Anacharsis.

Statut du livre: non lu.

«La réception de “Rights of Man” aux États-Unis (1791)» ~ par Marc Belissa (1e partie)

Mots-clés

, , , ,

On trouvera ci-dessous un exposé de Marc Belissa sur la réception  de Rights of Man, l’ouvrage de Thomas Paine en réponse aux attaques de Burke contre la Révolution française, aux États-Unis, en 1791 (exposé qui vient d’être mis en ligne sur YouTube).

Sous forme de texte, l’exposé est accessible sur le site Révolution française.net.

“Un tour de France littéraire. Le monde du livre à la veille de la Révolution” de Robert Darnton ~ à paraître début novembre

Mots-clés

, ,

Présentation par l'éditeur

Spécialiste des Lumières, Robert Darnton a développé une approche anthropologique par le biais de l’histoire du livre et de la lecture. Pour ce faire, il a puisé dans un fonds inédit, les archives de la Société typographique de Neufchâtel, fondée en 1769 – une correspondance de 50 000 lettres, les états des stocks, les pièces comptables, les livres de commandes qui recréent l’univers du livre, des imprimeurs, colporteurs, libraires et lecteurs pendant les vingt dernières années de l’Ancien Régime.

Or, il s’y trouve le carnet tenu au jour le jour par un commis voyageur, Jean-François Favarger, qui entreprend, pour la STN en 1778 et pendant plusieurs mois, un tour de France littéraire en rendant visite aux libraires (un quadrilatère de Pontarlier et Besançon jusqu’à Poitiers et La Rochelle puis Bordeaux, Toulouse, Montpellier et Marseille, retour par Lyon et Bourg-en-Bresse). Il prend des commandes, classe les libraires en partenaires fiables ou aventuriers mauvais payeurs, affiche des valeurs calvinistes rigoureuses (se défier d’un libraire catholique, bon bougre mais qui a trop d’enfants et conséquemment ne se concentre pas assez sur son commerce). Il négocie des traites ou des échanges d’ouvrages publiés par la STN contre d’autres succès imprimés par les libraires-éditeurs et livrés dans des balles de feuilles non reliées et mélangées avec des ouvrages édifiants et autorisés car le commerce porte sur des textes soit censurés, soit interdits puisque piratés en violation du privilège des éditeurs parisiens ; enfin, il évalue les risques des voies empruntées par les colporteurs-passeurs à la barbe des douaniers ou avec leur complicité, tant la corruption règne.

Cette chaîne du livre, depuis les entrepôts de la STN jusqu’aux mains des lecteurs, permet enfin d’évaluer ce que furent à la STN les meilleures ventes des Lumières en dehors des élites politiques et sociales : Anecdotes sur Mme la comtesse du Barry de Pisandat de Mairobert ; l’An 2440 de Mercier ; le Mémoire de Necker ; La révolution opérée par M. de Maupeou de Mouffle d’Angerville ; l’Histoire philosophique de l’abbé Raynal, loin devant La Pucelle d’Orléans de Voltaire.

 

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Jean-François Sené.

Collection NRF Essais, Gallimard, 25 €.

 
 

Les enculé·e·s emmerdent (toujours) l’ordre moral! ~ Honneur à Bruno Lenoir & Jean Diot

Mots-clés

, ,

Cette plaque commémorative parisienne vient d’être vandalisée pour la énième fois par des fanatiques de l’ordre moral catholique au cul tristement serré.

Quand on sait qui elle horripile, la reproduire est un plaisir.

 

“The Friends of Freedom and Atlantic Democratization” ~ par Micah Alpaugh

Mots-clés

,

Je donne ci-dessous le début d’un texte de Micah Alpaugh, renvoyant les personnes intéressées à sa version intégrale en ligne.

Ça n’est pas le moindre intérêt de cette publication d’en annoncer une autre. En effet, l’auteur de Non-Violence and the French Revolution: Political Demonstrations in Paris, 1787-1795 (Cambridge, 2015) met la dernière main à son prochain ouvrage: Friends of Freedom: The Interconnected Rise of Social Movements in America, Britain, Ireland, France and Haiti, 1765-1800.

The London Revolution Society’s entry into French Revolutionary politics helped inspire the creation of the Jacobin Club network. In the French National Assembly on November 25, 1789, the session’s President read a letter from the British club, which “disdaining National partialities,” declared its approbation of France’s revolution and “the prospect it gives to the two first Kingdoms in the World of a common participation in the blessings of Civil and Religious Liberty.” By asserting the “inalienable rights of mankind,” revolution could “make the World free and happy.” The address produced a “great sensation and loud applause in the Assembly, which wrote back to London declaring it had seen the “aurora of the beautiful day” where the two nations could place aside their differences and “contract an intimate liaison by the similarity of their opinions, and by their common enthusiasm for liberty.” Within a week, growing Anglophilia inspired the founding of Paris’ own Société de la Révolution, which only in January 1790 adopted the better-known Société des amis de la Constitution, retaining the English-style nickname Club des Jacobins.

“Robespierre. L’homme qui nous divise le plus” ~ par un challengeur

Mots-clés

,

«Son ambition n’est pas vulgaire, puisqu’il a les armes intellectuelles et une vision juste et pertinente de la société», affirmait le philosophe Marcel Gauchet… du candidat Emmanuel Macron.

Il serait exagéré de dire qu’il «manquait» une biographie macroniste de Robespierre; macroniste, c’est-à-dire contre-révolutionnaire, autoritaire et réactionnaire new look.

Mais les éditions Gallimard nous l’annoncent pour le mois d’octobre prochain… Nous verrons.

Les Suffragistes radicales ~ Entretien avec Jill Liddington dans le magasine de l’Association Maoui

Mots-clés

, , , , , ,

Retour sur l’Histoire des suffragistes radicales, de Jill Liddington et Jill Norris (Libertalia), grâce à l’entretien avec la première publié par le magazine de l’Association Maoui (voir sa présentation sur son compte Facebook) Come together (avril 2018).

Vous pouvez AGRANDIR les images en cliquant dessus et/ou télécharger l’intégralité du n° de Come together en cliquant ICI.