Étiquettes

, , , ,

Quel tragique aveuglement a conduit, de part et d’autre, à la violence qui se déchaîne à partir d’août [1793] contre la seconde ville de France ? Quelles formes a pris le siège établi par les troupes de la République contre une cité dont l’immense majorité des défenseurs affichait le même républicanisme ? Quel bilan humain et matériel peut-on esquisser à la fin des opérations militaires, et plus encore à l’issue de la terrible répression qui frappe Lyon ?

Telles sont les questions auxquelles Michel Biard, président de la Société des études robespierristes, propose de répondre dans un petit volume de la collection Illustoria, aux éditions Lemme (Clermont-Ferrand), intitulé 1793 : Le Siège de Lyon. Entre mythes et réalités (114 p., 17,90 €).

On sent l’auteur parfois mal à l’aise dans le format très contraignant de cette collection de vulgarisation. Et en effet, si les réponses apportées aux questions annoncées en introduction sont éclairantes à souhait, on ne peut que regretter que Michel Biard n’ait pu remonter jusqu’en mai 1793, époque de la défaite des « Chaliers » partisans d’un jacobinisme radical. C’est un peu, toutes proportions gardées, comme si l’on demandait à un historien de la Première Guerre mondiale d’y consacrer un manuel, sans traiter de ses causes…

J’en profite pour rappeler l’existence d’un livre inédit en français de l’historien japonais Takashi Koï. Auteur d’une thèse consacrée aux « Chaliers » (en français, 1974), celui-ci a publié en 2006 Lyon no France kakumei – jiyu ka byoudou ka (La Révolution française à Lyon. Liberté ou Égalité). On peut lire dans les Annales historiques de la Révolution française (n° 355, janvier-mars 2009) une recension du livre par Riho Hayakawa et Raymonde Monnier. On ne peut que s’associer au souhait de ces deux auteurs de voir le livre traduit, malgré ses plus de 700 pages, et — objectif en principe plus facile à atteindre — les AHRF publier une contribution substantielle de sa part.

Post scriptum La brève note ci-dessus ne prétend en aucune façon épuiser la bibliographie sur Lyon pendant la Révolution. On se reportera avec profit à celle que Michel Biard publie en fin de volume. Par ailleurs, la rubrique « Bibliothèque », que cette note inaugure se complètera davantage au gré de mes lectures que des parutions (sauf lorsque des éditeurs souhaiteront m’adresser en service de presse les ouvrages sur la période qu’ils publient).

Addenda J’ajoute ici, au fil de mes lectures, la mention d’un ouvrage de Côme Simien consacré au massacre du 9 septembre 1792. Utilement préfacé par Michel Biard (en quoi je ne m’écarte pas du sujet principal de cette note), le livre constitue une pièce de puzzle qui s’emboîte parfaitement au livre du susdit et le complète en palliant les manques que je déplorais sur l’avant-siège de Lyon.

Simien, Côme, Les Massacres de septembre 1792 à Lyon,  préface de Michel Biard, Éditions Aléas, 2011 ; édition électronique, Alter ÉDITIONS, 2012 [j’ai consulté cette dernière édition].

______________

Statut : J’ai acheté le premier livre en librairie et acquis la version électronique du second via Internet.