Étiquettes

,

Nombre de blogs, et même l’excellente émission La Fabrique de l’histoire d’Emmanuel Laurentin (France Culture), ont annoncé comme une (petite) révolution la mise à disposition sur un site dédié, réalisé conjointement par la BN française et l’Université de Stanford, des Archives numériques de la Révolution française.

L’appellation est encore pompeuse : en effet, pour chercheur/ses et étudiant-es au moins, l’apport essentiel tient dans la mise en ligne (en plus d’un fonds iconographique)  des volumes des Archives parlementaires dans l’ordre chronologique.

De plus, chaque volume numérisé apparaît en deux «colonnes» : à gauche en «mode image», et à droite en «mode texte». Même si cette dernière version offre son lot d’erreurs (plutôt moins, m’a-t-il semblé, qu’avec un logiciel de reconnaissance de caractères moyen), elle permet de gagner du temps pour copier/coller les passages qui vous intéressent.

Quand on sait le temps perdu à retrouver ses petits dans le fouillis Gallica ou Free Books, c’est assurément un progrès qui épargnera du temps et de la mauvaise humeur.

Pour autant, nous sommes encore assez loin de l’idéal de commodité dont rêve chacun(e) de nous. En effet, la liste des volumes disponibles s’interrompt au volume 82. (Dommage ! J’avais justement eu l’espoir fou, pas plus tard qu’hier, de pouvoir consulter le vol. 83.)

Gros malin ! pense l’internaute, c’est sans doute que la numérisation des volumes suivants n’est pas encore réalisée…

C’est un peu plus complexe que cela. Vous trouverez — non sans ramer dans un fouillis très Gallicanesque — les volumes 84, 100, 101 sur le site du Hathi Trust. Ceux-là ont été numérisés par Google à partir de la collection de l’Université Cornell. Mais pas le volume 83…

Ne boudons pas notre plaisir, même s’il ne dépasse pas le chiffre 82, et attendons qu’un peu de cohérence se fasse jour dans ces projets de numérisation tous fort bien intentionnées (encore que…) mais surgissant en ordre dispersé.

Pour accéder au site des «Archives numériques de la Révolution française».