Mots-clés

,

 

L’Insomniaque a eu l’idée pertinente de rééditer en un petit volume deux textes de celui qui, prussien, baron, et néanmoins député à l’Assemblée nationale française, s’est voulu l’Orateur du genre humain : La République universelle, sous-titrée « Adresse aux tyrannicides », et Bases constitutionnelles de la république du genre humain.

L’utopie clootsienne d’une république universelle est fort rafraîchissante, en ces temps où nous sommes tentés d’appeler les étrangers à « venir manger Le Pen des Français », pour reprendre une expression dont j’ai fait usage ailleurs.

Certes, je pourrais chicaner le préfacier Julius Van Daal, dont j’ai salué ici le livre sur le mouvement luddite, sur quelques points de sa présentation. Je tique p. 12 sur l’appellation « Girondins » qui me semble plutôt postérieure au moment évoqué ; le « club de la Bouche de Fer », évoqué p. 10, c’est le Cercle social, dont La Bouche de Fer est à la fois l’emblème (elle existe réellement, destinée à recueillir les dénonciations) mais surtout le journal ; enfin dire de Robespierre qu’il est le « véritable maître du club » des Jacobins (p. 18) est une généralité fausse si l’on ne prend la peine de préciser de quelle période (plutôt de quelle semaine !) l’on parle. On ne saurait voir cependant dans cette erreur d’appréciation une espèce de préjugé systématique à l’égard de Robespierre, puisque l’Insomniaque éditait, il y a vingt ans il est vrai, un volume de ses poésies.

 

Capture d’écran 2014-06-09 à 14.11.03

Capture d’écran 2014-06-09 à 14.26.18

 

La parole à Cloots :

Qu’est-ce qu’un orateur du genre humain ? C’est un homme pénétré de la dignité de l’homme. C’est un tribun qui brûle d’amour pour la liberté, et qui s’enflamme d’horreur contre les tyrans. C’est un homme qui après avoir reçu la sanction de son apostolat universel dans le sein du corps constituant de l’univers, se dévoue uniquement à la défense gratuite de tous les millions d’esclaves qui gémissent d’un pôle à l’autre sous la verge des aristocrates ; c’est un homme dont la voix foudroyante se fait entendre sur tous les trônes et dont la voix consolante se fait entendre dans les ateliers, pour saper sourdement les trônes par une circulation de quarante mille artisans de toute nation, qui portent ses discours, ses épîtres, ses harangues, ses homélies dans les caves et les chaumières des peuples environnants ; c’est un homme qui s’exile volontairement des foyers qui l’ont vu naître, des contrées qu’il a parcourues, des climats divers où un doux souvenir le caresse, pour rester inébranlablement assis dans le chef-lieu de l’indépendance, en renonçant à toutes les places honorables et lucratives où son zèle et ses talents l’appelleraient indubitablement. La mission de l’orateur du genre humain ne finira qu’après la déroute des oppresseurs du genre humain.

 

argucloots-150x259

La République universelle, Anacharsis Cloots, L’Insomniaque, 144 p., 10 €.

 

Statut : ouvrage reçu en service de presse.

_______________________________________

Bibliographie :

De et sur Cloots, on peut lire (en bibliothèque) Écrits révolutionnaires (1790-1794), et la biographie par Georges Avenel Anacharsis Cloots, l’Orateur du genre humain, les deux ouvrages aux Éditions Champ libre.

Autre ouvrage (dans ma bibliothèque, mais je ne l’ai pas lu) : Anacharsis Cloots ou l’utopie foudroyée, de Roland Mortier, Stock, 1994.

Plusieurs textes sont numérisés sur Gallica, parfois de manière calamiteuse : dans La République universelle, une page sur deux est floue !