Mots-clés

Interrogé par le journal Le Monde sur son engagement au service du régime Khmer rouge (Kampuchea démocratique, 1971-1979), Suong Sikoeun, 77 ans, ancien interprète et attaché de presse du ministère des Affaires étrangères, répond en incriminant l’influence de Robespierre (phrase soulignée par moi) :

En France, j’ai étudié la philosophie du siècle des Lumières et celle de la Révolution française. J’ai été fasciné par la personnalité de Robespierre. Pour moi, il incarnait l’intégrité, le courage, l’abnégation. Et Robespierre, c’est l’essence de l’idéologie khmère rouge ! Je me suis convaincu qu’il fallait se sacrifier pour le Parti, pour la révolution du peuple. Finalement, je me suis fourvoyé, j’ai été trompé par l’idéologie, mais, en tant que tel, non, je ne me suis pas trompé, j’étais sincère, je croyais aux idéaux qui ont mené à mon engagement politique. Je l’ai payé cher, sur le plan personnel.