Mots-clés

, , , , ,

Le 21 mai dernier, à Ivry, en banlieue (rouge) parisienne, profitant de ce que la présidence du conseil municipal est périodiquement offerte à l’opposition, la droite UMP — nous devrions écrire aujourd’hui «Les Républicains» — a proposé de débaptiser la Cité Marat pour la rebaptiser… «Cité Charlotte Corday».

Charlotte réduiteCes «Républicains» ont bien peu d’égard pour un député de la Première République, en effaçant son nom, pour y substituer celui de sa meurtrière.

Cet accès d’«Onfrayisme» aigu a heureusement été sans conséquence, repoussé à une large majorité, ce que l’UMP ne pouvait d’ailleurs ignorer.

Il s’agissait évidemment d’une provocation, poussé jusqu’à la caricature puisqu’elle prétendait se justifier par la «féminisation des noms de rues».

Au cas, où les élus de droite ivryens souhaiteraient refaire d’autres propositions dans ce sens, suggérons-leur de débaptiser la rue Moïse pour lui donner le nom de Claire Lacombe ou de Pauline Léon, toutes deux militantes de la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires.

En voilà d’authentiques républicaines !