Étiquettes

, , , , , , ,

C’est une étude littéraire de  Choderlos de Laclos, Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt et Thérésa Tallien que propose ici Barbara Bonte dans ce mémoire de maîtrise (en français) présenté en 2015 à l’Université de Gand (Belgique) et librement téléchargeable sur son site.

Extrait de l’introduction :

Déjà au XVe siècle Christine de Pizan formule l’idée féministe dans la Cité des Dames. « Les hommes ont cependant l’habitude de dire que les femmes, malgré tous leurs serments, y sont inconstantes, peu aimantes, menteuses et étonnamment fausses. Tout cela viendrait de leur légèreté de caractère. » Christine de Pizan dénonce ce point de vue masculin en offrant des contre-exemples au lecteur. Une des femmes exemplaires est Didon, reine de Carthage. Elle reçoit Énée, prince de Troie, dans sa ville et le comble de trésors et de biens. Ils tombent amoureux l’un de l’autre. « Toutefois, la suite montra que l’amour que Didon avait pour Énée était bien plus fort que celui qu’il avait pour elle. Il lui avait juré sa foi, promettant de lui appartenir pour toujours et de ne jamais en aimer une autre. » Néanmoins « [i]l partit sans prendre congé d’elle, fuyant traîtreusement dans la nuit sans qu’elle en sache rien.» Didon, enfin, se suicide. De cette façon, Christine de Pizan arrive à réfuter l’image de la femme inconstante en mettant sur scène une femme dévouée et fidèle en amour.

 

Téléchargez ici le texte intégral au format pdf.