Mots-clefs

, , , , , , , , ,

M. Yann Moix, romancier et chroniqueur télévisuel, a répondu à la proposition de l’hebdomadaire Marianne d’adresser une lettre au nouveau président de la République, M. Macron (d’ailleurs nostalgique du régime monarchique).

Il vous faudra méditer ceci : la France de 1789, comme celle de 1830, n’a rien contre les monarques institutionnels et institutionnalisés ; la France de 1789, comme celle de 1830, comme celle de 1848, est gourmande de politique et de droit. Mais méfiez-vous, monsieur le Président, de la France en colère, j’allais dire : de la France-colère. Celle de 1793 ; celle de 1871. Elle n’est pas légaliste, elle est haineuse ; elle prône l’égalité au bout d’une pique et n’aime pas perdre la face. Elle n’est pas le peuple, elle est la foule. Elle n’est pas la démocratie, elle est l’ochlocratie[1]. Cette France ne vous fera pas le moindre cadeau. […]

France pleine de rancœur, ce qu’on peut évidemment comprendre, mais dont on ne saurait excuser la violence quand elle met le feu aux agents de police et de gendarmerie. Puissiez-vous être le premier président, depuis de Gaulle, à n’avoir point peur de la rue ; à ne pas vous laisser mener par les diatribes des meneurs, par les huées des sans-culottes qui râlent et grognent, et plongent, ricanant, hurlant, le pays dans un chaos satisfait, souhaité, voulu. Nous savons bien que cette France souffre : mais, si vous acceptez son message, souvent légitime, nous vous implorons de ne plus supporter ses méthodes. Cette France de la foule n’est pas la France du peuple : le peuple qu’elle prétend incarner, est pris en otage par elle. Un peu comme, sous la Commune, l’immense majorité des Parisiens était prise en otage par la folie rouge.

Pourquoi nous intéresser à ce texte dans la colonne de La Révolution et nous ? D’abord parce que son auteur y parle de la Révolution française et des révolutions du XIXe siècle. M. Moix semble féru d’histoire ; du moins est-ce le reflet qu’il distingue dans le miroir de sa salle de bains…

Ensuite parce que M. Moix ne se contente pas de parler du passé, mais exprime des souhaits très précis qui concernent le présent et la manière dont des gens comme moi pourraient être empêchés – définitivement – d’en modifier le cours.

À lire M. Moix, on se prend à imaginer qu’il a servi de plume à Nicolas Sarkozy, tant on retrouve – mot pour mot, poncif pour poncif, mensonge pour mensonge – le même discours de la haine bourgeoise pour le peuple, la foule, celles et ceux qui ont fait l’histoire avec leurs corps. Hélas ! Mesdames et Messieurs : l’Histoire sent la sueur, le sang et la merde. Vos réseaux d’égouts, vos déodorants et votre pseudo bon sens n’y peuvent rien changer.

Comme M. Moix et tous les ignorants avec lui le savent de source sûre, il y a les « bonnes » révolutions – « 1789 », 1830, 1848 – et les « mauvaises » : « 1793 » et 1871. Mettre entre guillemets les millésimes 1789 ou 1793 peut paraître étrange ; et ça l’est en effet. Mais les « amateurs d’histoire » comme M. Moix croient qu’il existe une « révolution de 1789 », plus ou moins admirable, au moins acceptable, hélas suivie d’épisodes navrants et tragiques, comme « 1793 ».

Cette absurde crétinerie historique a si bien imprégné, sinon la société au moins ceux qui l’endorment quotidiennement, que j’ai précisément entendu ce jour (sur France info), un « journaliste[2] » – il interrogeait une invitée sur l’abrogation du délit de blasphème – dire dans le cours tranquille d’une phrase : « En 1791, donc deux ans après la Révolution française ». Or s’il y a discussion entre historien(ne)s pour fixer le terme de la « Révolution », personne ne mettra en doute qu’en 1791 elle va son train ! Entre autres au pas des chevaux du carrosse qui emporte la famille royale vers les frontières, et qui sera arrêté à Varennes…

Moix oppose la France de 1789-1830-1848, « gourmande de droit » à celle de 1793-1871, qui – elle – « n’est pas légaliste ». Pittoresque salmigondis de saloperie intellectuelle et de contrevérités historiques.

En effet, si l’on peut bien dire (pourquoi pas ?) que la France de 1789 est « gourmande de droit », il importe de préciser que cet appétit se satisfait au détriment de la loi d’Ancien Régime.

Et si l’on est certain que sans la violence des piques, la République n’aurait pas été proclamée (en tout cas pas à ce moment), sans la démarche foncièrement illégaliste des députés du Tiers se décrétant eux-mêmes Assemblée nationale en 1789, la Révolution n’aurait pas commencé…

La nouvelle légalité, qui n’a d’existence qu’autant qu’elle résiste aux baïonnettes, ne s’institue que sur les ruines de l’ancienne.

Quant à opposer au droit (le bien), la haine, la colère et la violence (le mal), c’est un conte de fées ridicule à l’usage des étudiants de capacité en droit. Le Droit est le reflet des rapports sociaux, c’est-à-dire des rapports de classes ; le Droit est l’institutionnalisation de rapports de force. C’est de la violence mise en textes, certes, mais aussi en actes, pratiquée chaque jour par les différents tribunaux de la République.

Si je suivais la chronologie saute-mouton de M. Moix, je devrais déduire que les manifestants de 1848 étaient de « bons manifestants ». Cette révélation est troublante à plus d’un titre. En effet, les Quarante-huitards se sont fait tuer les armes à la main, sur des barricades et pas du tout dans des postures « légalistes ». Ce fut d’ailleurs l’occasion pour la République de tuer le plus grand nombre de travailleurs (elle récidivera au moment de la Commune).

Il ne suffit donc pas d’être du camp des « bons » pour échapper à la mitraille ! L’évocation de la foule-qui-n’est-pas-le peuple de 1871 vient en confirmation.

La France-colère, selon l’expression de M. Moix, a pour vocation de servir de cible aux gens d’arme. Robespierre notait dans ses carnets qu’il importait de colérer les sans-culottes, et de leur fournir des armes. M. Moix réclame, avec M. Thiers, qu’on les fusille !

Et il s’adresse logiquement pour ce faire à la plus haute autorité de l’État, le chef des armées. Notez d’ailleurs la discrète allusion à l’attitude du général-président en 1968, visitant le général Massu à Baden-Baden pour étudier l’éventualité d’une intervention de l’armée contre les travailleurs et les étudiants en grève…

Il n’y a pas de date pour l’ordure. Elle est de tout temps… Pourtant ! on ne peut se défendre d’un haut-le-cœur en lisant sous la plume de M. Moix : « Cette France de la foule n’est pas la France du peuple : le peuple qu’elle prétend incarner, est pris en otage par elle. Un peu comme, sous la Commune, l’immense majorité des Parisiens était prise en otage par la folie rouge. »

Ainsi l’immense majorité des Parisiens étaient favorables à céder Paris sans défense à la Prusse ? Admettons-le un instant. Ils avaient donc raison ! Raison d’être plus nombreux à être lâches ! Que nous révélera demain M. Moix sur l’ignoble oppression qu’une minorité de résistant(e)s – quelques « meneurs » et une poignée de « sans-culottes » attardés – a fait peser sur la France de Vichy ? …quand le « bon sens » (le même ! il n’y en a qu’un : c’est celui du commerce) commandait évidemment de faire affaire avec le Visiteur nazi, et de purger une bonne fois le pays des rouges, des francs-maçons et des juifs !

Oh ! Certes, concède M. Moix, il y a aussi des souffrances légitimes. Celle-ci sont dignes, c’est-à-dire silencieuses, et biodégradables en bulletins de vote.

Quiconque râle, grogne, ricane et hurle – voyez le classique portrait de la « bête humaine », autrement dit de l’ouvrier, employé ou chômeur – se signale comme cible légitime aux balles de défense énucléantes, aux grenades de désencerclement, aux gaz toxiques, aux canons à eau, aux matraques télescopiques, et demain aux chars.

Moix le veut. Moix y voit le seul salut du système capitaliste exploiteur du travail humain et réducteur de toute valeur humaine à celle de la marchandise et de l’argent.

Moix pisse comme nous pleurons sur les morts du 14 juillet et du 10 août, sur les morts de 1830 et de 1848, sur les pétroleuses et les moblots de 1871, sur les antifascistes de Barcelone et de la Libération de Paris. Il nous crache à la gueule et appelle le pouvoir à nous éliminer physiquement. Moix fait partie, avec M. Macron et quelques autres, d’une clique de gens à qui – comme il l’a bien compris – nous ne ferons pas le moindre cadeau.

PS 1. Je recommande, pour se rincer les yeux après la lecture de la prose du fusilleur Moix, la lecture de deux ouvrages : Souvenirs d’un révolutionnaire. De juin 1848 à la Commune, de Gustave Lefrançais (réédité à La Fabrique), & Le Grand Soir Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle époque, d’Aurélie Carrier, récemment paru chez Libertalia.

PS 2. Je remercie Sébastien Fontenelle d’avoir attiré (sur le réseau Twitter) l’attention publique sur la tribune de Moix, et de m’avoir envoyé un scan du texte.

 Moix Yann (fusilleur).

_____________

[1] Gouvernement de la foule, de la populace. Terme péjoratif (Note de La Révolution et nous).

[2] Aussi médiocre soit l’estime dans laquelle on tient la plupart des membres de cette corporation, on ne peut raisonnablement attribuer le qualificatif une fois parvenu à ce degré insondable d’ignorance.