Mots-clefs

, , , ,

L’ami Éric m’a offert une carte postale portant une pétition pour l’accueil des réfugié(e)s.

Relativement banal, me direz-vous (encore que!) et surtout sans rapport direct avec l’objet principal de ce blogue.

Or il se trouve que le texte de cette pétition est, comme indiquée au recto, «librement adapté du vœu des habitants de Champagney» (Haute-Saône), émis sous le numéro 29 dans le cahier de doléances qu’ils rédigent en mars 1789.

On remarquera que le texte de 1789 retourne contre le régime colonial l’épithète «anthropophage» par quoi l’on a souvent qualifié les supposés «sauvages». Les pétitionnaires d’aujourd’hui ont préféré le terme «inhumain».

Les habitants et communauté de Champagney ne peuvent penser aux maux que souffrent les Nègres dans les colonies, sans avoir le cœur pénétré de la plus vive douleur, en se représentant leurs Semblables, unis encore à eux par le double lien de la Religion, être traités plus durement que ne le sont les bêtes de somme.

Ils ne peuvent se persuader qu’on puisse faire usage des productions desdites colonies, si l’on faisait réflexion qu’elles ont été arrosées du sang de leurs Semblables : Ils craignent avec raison que les générations futures, plus éclairées et plus philosophes, n’accusent les Français de ce siècle d’avoir été anthropophages, ce qui contraste avec le nom de Français et plus encore celui de Chrétien.

C’est pourquoi, leur religion leur dicte de supplier très humblement Sa Majesté de concerter les moyens pour de ces esclaves faire des sujets utiles au roy et à la patrie.

Le souvenir de cette particularité, non pas locale mais tout au contraire universaliste, a sans doute déterminé la municipalité de Champagney à créer en 1971 un musée intitulé Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme.

On peut télécharger ici un document au format pdf qui présente ce musée.

Ajoutons que cette entreprise pédagogique ne concerne pas uniquement la traite au XVIIIe mais également l’esclavage moderne.

On peut cliquer sur les illustrations pour les AGRANDIR.