Mots-clés

, ,

Les 28 volumes numérisés de l’Encyclopédie sont désormais accessibles en ligne.

Je reproduis ci-dessous une partie de la présentation, en laissant à chacun·e le soin et le plaisir de vaguer dans cet ensemble documentaire inestimable – depuis un site hélas fort laid et à l’aide d’un moteur de recherche peu «intuitif».

Il semble qu’on ne peut pas tout avoir…

L’énoncé d’une politique éditoriale peut se résumer à deux questions essentielles : qu’édite-t-on et comment l’édite-t-on ? Les réponses que nous y avons apportées dans cette édition reposent sur plusieurs objectifs généraux.

Le premier objectif de l’ENCCRE est de fournir une édition complète de l’Encyclopédie, librement accessible, qui soit en mesure, d’une part, de donner accès à ce qui constitue la matérialité de l’ouvrage (une édition qui permette donc d’en consulter simultanément l’original et la transcription, de le feuilleter page après page, d’accéder aisément à l’ensemble de ses éléments constitutifs, depuis la page de titre jusqu’aux errata) et, d’autre part, de restituer les multiples réseaux de circulations qui la sillonnent (par le biais, notamment, des renvois entre articles, entre les articles et les planches, et entre les planches et leurs explications).

Nous souhaitions également pouvoir offrir une édition critique finement articulée avec le contenu de l’ouvrage d’une part, et avec les études passées et travaux en cours d’autre part, fidèle dans ce qu’elle donne à voir – ce qui implique une séparation claire entre les données encyclopédiques matériellement propres à l’ouvrage (articles, planches) et les données critiques issues des études sur l’Encyclopédie –, justifiée sous la forme de notes et de notices argumentées, datées et signées par leur rédacteur et, pour finir, dotée d’outils de recherche et d’analyse compatibles avec les postulats précédents.

Un principe de base orient la façon dont notre équipe d’éditeurs effectue concrètement le travail de collationnement, de spécification et d’enrichissement critique de l’ouvrage : nous avons opté pour un mode de travail collaboratif, réalisé par le biais d’une interface d’édition partagée par tous les éditeurs, sur laquelle nous vérifions et nous élaborons les contenus qui sont publiés sur la présente interface de consultation, ouverte à tous, au terme d’une chaine de validation. Outre qu’il constitue un gage sérieux de faisabilité d’un point de vue pratique, en même temps qu’un gage de rigueur scientifique des contenus publiés, ce choix répond à un dernier objectif, fondamental à nos yeux : offrir une édition la plus vivante et moderne possible, adossée aux recherches passées et actuelles, et susceptible d’en susciter de nouvelles.

Suivant cette logique, nos données sont donc produites par le biais de l’interface d’édition collaborative, au terme d’une chaîne de validation éditoriale, puis exploitées par l’interface de lecture, de navigation et de recherche pour fournir l’édition que vous êtes en train de consulter.

Ces données sont de plusieurs types :

– les images numérisées de l’exemplaire (de la Bibliothèque Mazarine) sur laquelle s’appuie l’édition (pour toute information sur l’exemplaire et sa numérisation, reportez-vous à la Description matérielle de l’exemplaire) ;

– la transcription du texte de l’Encyclopédie, à l’intérieur de laquelle nous repérons un ensemble d’éléments caractéristiques ;

– les notes, commentaires et diverses notices rédigées par les éditeurs-annotateurs de l’ENCCRE.

Notre politique éditoriale repose en grande partie sur la réponse que nous avons apportée à la question de la structuration de ces données, c’est-à-dire la façon dont la transcription de l’Encyclopédie peut être décrite puis articulée avec l’apparat critique (les différentes notes, les commentaires et les notices prévus dans l’édition).

Cette même politique éditoriale se doit cependant bien sûr aussi de préciser la façon dont ces notes, commentaires et notices sont organisés et, par là même, à quelles problématiques de recherche l’apparat critique de l’édition permet de répondre. Il s’agit de ce que nous pourrions appeler la politique d’annotation de l’édition, nécessairement complétée par une politique de validation scientifique de ces annotations, en vue de leur publication sur l’interface de consultation de l’édition.

Article Amazone (extrait).