Étiquettes

, , , , ,

Les jetons et médailles sont une voie d’accès souvent jugée anecdotique à l’histoire sociale moderne. Objets de collection davantage que d’attention de la part des historien·ne·s, ces traces métalliques sont paradoxalement difficiles à conserver (les présentoirs prennent de la place) et à consulter (du fait de leur petite taille…). Leur reproduction suppose des cahiers iconographiques, etc.

1848 me semble avoir connu (par rapport à la Révolution) une importante production, notamment de jetons et médailles «de propagande». Plus proche d’un tract ou d’un papillon que d’une médaille commémorative.

J’en donne ci-après quelques exemples. J’ai été frappé (le cas de le dire!) par les multiples échos que l’on y retrouve des interrogations présentes sur la République à l’intérieur et sous l’effet du mouvement des Gilets jaunes.

Nota. Je suis hélas! trop ignorant de la période pour fournir les indications qui éclaireraient utilement telle allusion (aux colonies, dans le premier modèle ci-dessous) ou situer plus précisément tel bilan politique.

«Du banquet au combat, de la royauté à la république, de l’oppression à la liberté, pour le français, dans sa juste colère, il n’y a qu’un pas 1789 – 1830 – 1848.»

«République du juste milieu. Statu quo de l’Égoisme, de la peur.»«État de siège, 10 000 personnes dans les fers, libertés bâillonnées, la faim dans les masses, une assemblée qui se décime, le règne des paratonnerres, voilà ton bilan, pauvre République, peut-être ton arrêt de mort!»

Cliquez sur les images pour les AGRANDIR.