Étiquettes

, , , ,

Le maire d’extrême droite d’Orange a réalisé le projet d’un monument aux «victimes de la Terreur» qu’il avait dans ses cartons depuis quelques années.

Devant la levée de boucliers des associations et groupes de gauche, il joue l’innocence étonnée: «Comment peut-on s’offusquer de l’hommage rendu à de malheureuses victimes de l’arbitraire?»

La réponse est simple quoique double. D’abord parce que, bien évidemment, l’extrême droite choisit soigneusement ce qu’elle nomme Terreur et les victimes qu’elle entend célébrer. Il est question des exécutions commises par des foules ou des organismes révolutionnaires et bien sûr pas de la «Terreur blanche» qui ensanglanta Lyon et le Midi!

Enfin parce que ce choix dénonce une stratégie politique, illustrée par le matériel de propagande ci-après, et nullement un souci mémoriel.

La cible de cette propagande, c’est le peuple révolté contre l’absolutisme royal et ses appuis religieux. Le peuple qu’il est bien difficile de «calmer» une fois que sa «folie» l’amène à mettre à bas les «repères» de l’Ancien Régime. (Voir ci-dessous extrait d’une brochure municipale, fautes de graphie comprises. Pour en télécharger l’intégralité, voir en bas de page) 

Voyez la marche des femmes sur Versailles: la prise de la Bastille avait pourtant eu lieu, et la proclamation par la majorité des députés aux États généraux d’une Assemblée nationale constituante. Eh bien non! Il n’était pas calmé pour autant, le peuple.

Un monument moche de plus.

Affiche annonçant l’inauguration du monument.

Télécharger ICI au format pdf l’intégralité de la brochure municipale.