Étiquettes

, , ,

La Feuille villageoise comptait 16 500 abonnés huit mois après son lancement, ce sera un des journaux les plus lus dans les clubs. Elle publie beaucoup de lettres de curés favorables à la révolution.

Dans cette livraison (n° 46, 16 août 1792) est publiée une lettre attribuée par les rédacteurs à Marthe Le Coq, sœur de M. le Coq, officier municipal à Cognac, laquelle s’en prétend seulement la messagère.

Dans cette adresse Aux femmes patriotes, la rédactrice exalte le courage des femmes: « Il faut que les citoyens le sachent ; si le ciel n’a pas donné à nos bras la force de supporter le poids des armes, il a au moins mis le courage dans nos cœurs, et nous saurons, comme eux, vivre libres ou mourir…»

Elle ajoute: «Montrons nous dignes du beau nom de citoyennes que nous portons.»

Le discours est cependant relativement convenu, ou plus précisément: il reprend sans ajout ni distance le discours masculin sur le rôle des femmes dans la société en révolution.

On notera la présence du syntagme «révolution française» (sans capitale), contemporain de l’événement.

Note. On peut trouver cet hebdomadaire numérisé sur Google livres, mais en mode «photocopie» (mode image, noir et blanc).

Cliquez sur les images pour les AGRANDIR.