Étiquettes

,

Lettre de Marat à l’abbé Prochon, du 27 janvier 1788. En vente ici.

Je n’ignore pas, Monsieur, que vous êtes le premier qui ait attaqué, avec connaissance de cause, la doctrine de la différente réfrangibilité ; et je ne doute nullement que vous ne l’eussiez renversée, si vous aviez tourné vos vues du côté des faits qui lui servent de base. Le hasard m’a ménagé ce travail, et quoique nous différions encore de principes, l’amour du vrai nous unit, et je me flatte que vous voudrez bien recevoir mon ouvrage comme une marque d’estime. Examinez-le, Monsieur, avec cette impartialité et ce discernement, dont vous avez fait preuve tant de fois ; constatez les faits peu connus qu’il contient, pesez les preuves nouvelles qui y sont développées ; et s’il mérite votre suffrage, daignez concourir au triomphe de la vérité ; avec le zèle généreux d’un vrai scrutateur de la nature. J’ai l’honneur d’être, avec la considération la plus distinguée, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. Le Docteur Marat