Étiquettes

, ,

Cliquez sur les images pour les AGRANDIR.
Vendu par la Librairie du Passage (Paris).

Dans son étui révolutionnaire en maroquin rouge en forme de livre, deux flacons à parfums en verre taillé à pans, complets des bouchons en verre & 1/2 bouchon à vis en fer.
L’Année heureuse [1789] au dos, sur les plats estampées deux scènes en médaillon poussées en or, figurant le fameux personnage de comédie Janot avec l’inscription «je sui Janot… ».
Le décor de l’étui se compose également de compartiments fleuronnés au dos et belle dentelle d’encadrement frappés aux petits fers dorés.
Charmant ensemble de l’époque révolutionnaire datant de l’«Année heureuse» 1789.

Janot est un type de niaiserie bouffonne apparenté à celui de Jocrisse. Comme ce dernier, il a été porté à la scène française au XVIIIe siècle avec un très grand succès par Dorvigny, auteur de la célèbre parade Janot ou les Battus paient l’amende représenté en 1779 aux Variétés amusantes.

C’est à l’aide du type de Janot que Dorvigny mit à la mode le langage baroque et tant imité depuis, qui cherchait et trouvait le comique par la burlesque interversion de pensées et des mots pour créer des phrases équivoques :

Je suis Janot ; mes actions comiques
Ont fait de moi rire depuis longtemps,
Et de mon per’ je suis le fils unique,
Quoiqu’cependant nous étions douze enfants.
Un jour, la nuit, j’entendis l’ver mon père ;
II vint à moi, et m’ dit comm’ ça : « Janot,
Ta-t’ en chercher un peu de beurr pour ta mère,
Qu’est bien malad’, dedans un petit pot. »
J’entre en passant chez mon oncle Licorne,
J’li dis comm’ ça : « Tonton, dépêchez-vous
D’ mett’ vot’ chapeau sur vot’ tête, à trois cornes,
Et après ça d’ faire un saut d’ plus chez nous. »
Janot, par Josse-François-Joseph Leriche (Musée de la Révolution française).