Étiquettes

, , , ,

Tout a commencé par le détournement d’une case d’Hergé. Le capitaine Haddock, qui semble éreinté, soupire: «Tu parles d’une semaine!» Et Tintin lui répond: «Capitaine, nous ne sommes que mercredi!»

À strictement parler, on est en droit de juger une semaine éprouvante dès le mercredi; cependant l’humour fonctionne en ce qu’il nous laisse pressentir l’état qui sera celui du capitaine quatre jours plus tard !

L’image a circulé sur les réseaux sociaux (j’y ai contribué) avec un grand succès. Il était prévisible qu’elle deviendrait un de ces «mème» dont les sociologues branchés font leurs choux gras. Il est fort possible que j’ai manqué un certain nombre de déclinaisons, mais il se trouve que la première tombée sous mes yeux concerne… la Révolution.

Pour l’occasion, le capitaine arbore un bonnet rouge (qui irait mieux au commandant Cousteau qu’à un sans-culotte), décoré d’une étrange cocarde bleue et blanche. «Tu parles d’une révolution!» soupire-t-il. Et Tintin, coiffé d’un bicorne, de lui répondre: «Capitaine, nous ne sommes qu’en 1792!»

Autrement dit: le plus dur reste à faire! Et en effet, la République est acquise, mais sera-t-elle égalitaire et populaire? Et quid de la «Terreur»?

De facto, la Révolution est assimilée à une épreuve, dont ses protagonistes même peinent à entrevoir la fin.

Il semble d’ailleurs que ce «mème» prenne, toujours dans le registre humoristique, un tournant franchement droitier avec cette nouvelle déclinaison, qui vise… Marx.

— Tu parles d’un livre!

— Capitaine, c’est seulement le tome I.

______________________________________________

Rectificatif

L’ami Serge Aberdam réfute, de manière aussi pertinente qu’érudite, ma moquerie concernant le bonnet rouge du capitaine Haddock. Autant en faire profiter tout le monde.

«Le bonnet des sans-culotte a toujours eu une double nature :

– D’un côté le bonnet «phrygien» venu de l’héraldique de collège («savant») censé dire la libération des esclaves antiques.

– De l’autre le bonnet de laine tricoté (souvent par les marins), peut-être celui de la tradition de révolte des «Bonnets rouge» du XVIIe siècle, mais certainement celui porté par les soldats condamnés de la révolte de Nancy, revenus du bagne avec le bonnet rouge des forçats qu’ils arborent fièrement lorsqu’ils manifestent dans Paris…

C’est plutôt à partir de là qu’il est adopté massivement comme symbole populaire.»